Actualités - Education - Santé - Réligion - Culture

Grid List

DANS NOS PROCHAINES PUBLICATIONS DÉCOUVREZ LES STATISTIQUES DES ADMIS AU CEPE DU MORONOU.

« Je n'arrive pas à comprendre la réaction des enseignants. L’école existe depuis 18 ans. Jamais, nous n'avons été confrontés à des soucis concernant le payement des salaires. Chaque année, nous mettons tout en œuvre pour satisfaire nos enseignants à temps en termes de rémunération. La crise sanitaire de cette année a engendré des difficultés de trésorerie à notre niveau, car plusieurs élèves n'ont pas soldé leur scolarité. Cela a beaucoup perturbé la trésorerie. Il y a deux mois d’arriérés que nous nous attelons présentement à combler vis à vis des enseignants. Cela sera fait dans un bref délai. Je demande donc aux enseignants de reprendre les cours afin de mieux préparer nos candidats pour les examens de fin d’année scolaires… », a déclaré Monsieur KOUTOU SALEH, Fondateur du collège la mémoire de M'batto.

Après l'annonce de la réouverture des établissements scolaires par le chef de l'état, les cours ont effectivement repris dans le Moronou à l’instar des autres régions du pays. Dans quelles atmosphères se déroulent ces cours précisément dans la circonscription pédagogique de M'batto ? Pour répondre à cette problématique, Monsieur TANO ATTOUKLA, IEPP ( Inspecteur de l'Enseignement Préscolaire et Primaire ) de M'batto a accordé un entretien à notre équipe de rédaction dont nous vous proposons l'essentiel dans les lignes qui suivent.

Que se passe-t-il réellement à Andé ? En moins d'un mois, après le meurtre d'une jeune fille dont le corps sans vie a été découvert dans la cour  d'une église,  voici un autre  crime perpétré au grand désarroi des populations Andéennes. Cette fois ci, l'on n'a pas eu besoin de mener des investigations pour découvrir le coupable de cet acte ignoble. Car celui-ci est resté figé sur les lieux du crime jusqu’à ce qu'il soit remis  aux forces de défense alertés aussitôt, explique une source proche des faits :

Si l'on a constaté le lundi 15 Juin dernier, plusieurs personnes Andéennes converger vers la cour de l’église catholique Notre Dame de la Rédemption, cela n’était ni pour participer à une célébration eucharistique ni pour une rencontre religieuse comme à l'accoutumée. Mais, cette fois-ci pour un fait dramatique qui a perturbé la quiétude des populations. Il s'agit de la découverte du corps sans vie d'une jeune fille de 36 ans qui répondait aux initiales de GFM.

Élu en février dernier afin d'assurer désormais la destinée de la jeunesse de Bocassi pour un mandat de 2 ans renouvelable, Monsieur KROU ALEXANDRE a présenté son plan d'action au cours d'un entretien avec notre équipe de rédaction :

Dans nos prochaines publications, à découvrir, les actions de développement communal de Bongouanou déjà menées.

Située dans le département de Bongouanou et plus précisément dans la Sous-préfecture de N’guessankro, la localité de Niandian sombre depuis un certain temps dans une léthargie d'origine diverse qui, malheureusement freine le développement local. Dans l'optique de sortir leur village de cette triste réalité, plusieurs actions sont menées, affirme Monsieur N'GUESSAN MORO2, Président de la MUDEN (Mutuelle de Développement de Niandian) :

« C'est tout récemment, précisément dans le mois de Mai 2020, que nous sommes arrivés dans la région du Moronou. Nous sommes basés précisément à Bongouanou. L’église a posé ses valises en côte d’ivoire depuis 2007. Notre mission fondamentale est de libérer le monde de toutes les oppressions du diable par la prédication de la parole de foi. C'est cette mission qu'il a plu à Dieu de confier, au cours d'une vision, à son serviteur Bishop DAVID O. OYEDEPO, Président de l’église… »,  a affirmé Pasteur AMANI JULIEN, Responsable de l’église WINNERS’ CHAPEL INTERNATIONAL de Bongouanou.

« Cette année pour la fête du Ramadan, nous avons reçu des instructions de nos autorités religieuses relativement aux dispositions de prévention du COVID-19. Nous n'avons pas effectué de prière commune comme les années antérieures. Chacun est resté chez soi pour la prière. Chaque famille a concocté un repas selon ses possibilités par rapport à la fête. En tout cas concernant la fête tout se passe bien ici à Broukro… », a précisé le doyen DIARRA ADAMA, Responsable de la communauté musulmane de Broukro. C’était au cours d’un entretien avec notre équipe de rédaction.

La fête de l’Ascension du Seigneur qui s'est déroulée le jeudi 21 Mai dernier a été l'occasion pour les chrétiens catholiques de la paroisse Saint Louis de Kangandissou d'implorer la miséricorde divine en vue de sauver le monde de cette crise sanitaire qui sévit depuis plusieurs mois.

Recevez les actualité de votre site web ande-paydor.org par mail.

INTERVIEW: EL HADJ BAKOUAN DRAMANE FAIT LA LUMIERE SUR LE PELERINAGE MUSULMAN