INTERVIEW INÉDITE / NANAN ANÉ ADJÉ, UN GUÉRISSEUR EXTRAORDINAIRE DU MORONOU.

Sa renommée se répand de plus en plus dans le Moronou et même dans plusieurs autres régions du pays, Nanan ANÉ ADJÉ est spécialisé dans le traitement des accidents ou anomalies des os et des nerfs. Pour présenter son mode opératoire et ses projets aux populations, notre guérisseur traditionnel  a accordé un entretien  à notre équipe de rédaction sur ses propres installations de Bocassi. Découvrons dans les lignes qui suivent l'essentiel de l'entretien.

 

ANDE PAYS D’OR : Bonjour Nanan. Présentez vous à nos lecteurs.

GUÉRISSEUR : Je tiens avant tout propos à remercier vivement la presse ANDE PAYS D’OR pour tout ce qu'elle fait en vue d'informer les populations du Moronou d'ici et d'ailleurs. Merci aussi de l'occasion que vous m'accordez pour m'adresser à mes sœurs et frères du Moronou et des autres régions du pays. Je suis Nanan ANÉ ADJÉ, Chef résidant du village de Bocassi. Je suis également un guérisseur.

ANDE PAYS D’OR : Dites nous, Nanan avez-vous reçu une formation dans le cadre de votre activité de guérisseur ?

GUÉRISSEUR :  Pour être sincère avec vous, Depuis j’étais encore jeune, mon grand père m'a montré une plante de la forêt dont la combinaison avec d'autres plantes est un remède efficace pour le traitement des os et des nerfs. Ensuite de cela, j'ai fait un songe dans lequel l'on m’a présenté des secrets de la nature pour guérir des maux qui rongent nos populations. Depuis dans les années 1970, j'ai commencé à guérir des patients.

ANDE PAYS D’OR :  Concrètement, quels sont les cas de maladies que vous traitez ?

GUÉRISSEUR : Comme je le disais tantôt, ma spécialité c'est le traitement des os et des nerfs. Les personnes qui ont fait des accidents et qui ont un ou plusieurs os fracturés, les personnes qui ont des déformations congénitales physiques quel que soit l'endroit, des personnes qui ont des douleurs de nerfs de toutes sortes. Je traite avec aisance tous ces cas.

ANDE PAYS D’OR : Vos actions ne sont-elles pas mises en cause par les pratiquants de la médecine  moderne de nos hôpitaux de la région ?

GUÉRISSEUR : Souvent des ambulances viennent stationner ici pour me confier des cas critiques. Vous me comprenez j'espère. De mon côté, si je rencontre des patients souffrant des maladies qui ne s'inscrivent pas dans mes domaines de compétences, je leur demande sans gêne de se rendre à l'hôpital. Mais lorsque je déclare que je peux guérir un patient, Il retourne chez lui satisfait.

ANDE PAYS D’OR : Pour vos soins, êtes vous absolument sédentaire ?

GUÉRISSEUR :  Dans les débuts, je me déplaçais pour soigner les nécessiteux. Mais actuellement j'ai décidé volontairement de rester sur place. Tous ceux qui ont besoin de mes services me contactent pour prendre un rendez-vous et ils se rendent sur mes installations de Bocassi pour les soins dont la durée est en fonction de la gravité du mal.

ANDE PAYS D’OR : Nanan, nous constatons que plusieurs patients sont à présent à votre disposition. Comment arriver vous à les prendre en charge ?

GUÉRISSEUR : Merci pour cette question ? C'est la véritable difficulté que je rencontre dans l'exercice de mon travail. Le problème d’hébergement des patients me tracasse beaucoup. Il y a des personnes de bonne volonté du village qui acceptent volontairement d’héberger des patients en vue de me soutenir. Des personnes viennent de plusieurs localités du Moronou et des autres régions du pays. Vu, leur situation de souffrance, je suis obligé de les accueillir. Car, cette connaissance de la guérison que j'ai reçue de mes parents est pour aider les populations. Je n'ai pas le courage de renvoyer un malade pour une question d’hébergement.

ANDE PAYS D’OR :  Visiblement, vous êtes beaucoup sollicité. Quels sont vos projets majeurs à présent ?

GUÉRISSEUR : Ce qu'il me faut à priori c'est un centre composé de plusieurs chambres pour héberger les patients. C'est ce qui me tient à présent à cœur. Si les patients sont bien logés, je pense que leurs traitements seront très aisés.

 

ANDE PAYS D’OR : Avant de clore notre entretien, quel est votre appel aux différentes populations ?

GUÉRISSEUR : Aujourd’hui, à travers le travail que j’effectue, je contribue à la santé des populations. Je lance un appel à toute personne physique ou morale de bonne volonté qui aimerait bien me soutenir à obtenir des dortoirs pour l’hébergement des patients, à prendre attache avec moi. Je suis à Bocassi dans la commune de Bongouanou. Le terrain est déjà disponible. Sauver un être humain qui est dans le besoin, je pense que c'est le meilleur que l'on puisse donner.

ANDE PAYS D’OR : Merci Nanan

GUÉRISSEUR : C'est moi qui vous remercie.