Mon beau village

Grid List

« Notre centre de santé est achevée. Mais il n'est toujours pas encore équipé. Pour les soins médicaux, nous sommes obligés de nous rendre à N’guessankro. Cela n'est pas du tout favorable pour notre population. Nous n'avons pas de centre polyvalent pour nos cérémonies et réunions. Notre marché est toujours à ciel ouvert. Ce qui fait que les commerçants sont toujours exposés aux intempéries de la nature. Les logements de nos enseignants et du prochain agent de santé sont à réaliser. La quasi-totalité des ampoules des lampadaires qui assuraient l’éclairage de nos rues sont aujourd’hui endommagées. L'extension du réseau électrique est l'une de nos préoccupations majeures. Nous demandons à nos élus locaux et cadres de N’dolikro à se pencher véritablement sur notre situation qui devient de plus en plus alarmante… », a affirmé Nanan MESSOU DJABIA, Chef de cours dudit village. C’était au cours d’un entretien avec notre équipe de rédaction.

S'il y a  une localité dont ses principes et son fonctionnement quotidien sortent de l'ordinaire, c'est bien Jésuskro. Comment vit-on dans cette localité ? Pourquoi est-elle excentrée ? Quelle est sa particularité dans le Moronou ? Où est-elle précisément située ?

Située dans le département de Bongouanou et dans  la sous-préfecture d'Andé, la tribu ANOHOU a une histoire qui a connu des hauts et des bas selon le personnage du moment.

      Comme tout groupe AKAN, le groupe qui a constitué la tribu ANOHOU est venu du Ghana vers le 18° siècle (1770). Ce groupe était dirigé par le patriarche KROU KPANGNI, fondateur de la dite tribu. L’or était la principale source de revenu pour tous les habitants. Nanan KROU PKANGNI était un chef intègre et autoritaire. Il était écouté et vénéré, il régnait en grand maître. Il organisait sa tribu selon les principes traditionnels.

L’orpaillage clandestin n’est plus un sujet tabou dans le Moronou où sa pratique a pris une tournure hors pair à tel enseigne que les travaux champêtres sont de plus en plus délaissés au profit de cette activité qui met malheureusement en péril l’avenir de la région.

Pour essayer de comprendre les rouages de l’orpaillage clandestin, notre équipe de rédaction s’est entretenu avec un pratiquant surpris en pleine activité sur un site de la région.  

À DÉCOUVRIR DANS NOS PROCHAINES PUBLICATIONS.

DANS NOS PROCHAINES PUBLICATIONS, SUIVEZ LES TÉMOIGNAGES POIGNANTS DE QUELQUES MINEURS EN ACTIVITÉS SUR DES SITES À HAUTS RISQUES.

Le mercredi 1er Novembre 2017, le comité de gestion du site ANDE PAYS D’OR, s’est réuni dans les locaux de l’antenne de l’INSET à Cocody Danga.

Etaient présents ce jour : (Voir liste de présence en page jointe au présent compte rendu).

LE COMITE DE GESTION DU SITE WEB D’ANDE www.ande-paysdor.org

Recevez les actualité de votre site web ande-paydor.org par mail.

INTERVIEW: EL HADJ BAKOUAN DRAMANE FAIT LA LUMIERE SUR LE PELERINAGE MUSULMAN