LA POPULATION DE N'DOLIKRO LANCE UN APPEL AUX ÉLUS LOCAUX ET CADRES.

« Notre centre de santé est achevée. Mais il n'est toujours pas encore équipé. Pour les soins médicaux, nous sommes obligés de nous rendre à N’guessankro. Cela n'est pas du tout favorable pour notre population. Nous n'avons pas de centre polyvalent pour nos cérémonies et réunions. Notre marché est toujours à ciel ouvert. Ce qui fait que les commerçants sont toujours exposés aux intempéries de la nature. Les logements de nos enseignants et du prochain agent de santé sont à réaliser. La quasi-totalité des ampoules des lampadaires qui assuraient l’éclairage de nos rues sont aujourd’hui endommagées. L'extension du réseau électrique est l'une de nos préoccupations majeures. Nous demandons à nos élus locaux et cadres de N’dolikro à se pencher véritablement sur notre situation qui devient de plus en plus alarmante… », a affirmé Nanan MESSOU DJABIA, Chef de cours dudit village. C’était au cours d’un entretien avec notre équipe de rédaction.

Par ailleurs, La population de N’dolikro n'est pas restée indifférente face à la situation sanitaire que traverse notre pays actuellement, ajoute Monsieur ALLOU JACQUES, fonctionnaire à la retraite : « Depuis que nous avons reçu la visite du Sous-préfet de la circonscription de N'guessankro qui nous a démontré la dangerosité de cette pandémie à coronavirus, nous avons tout mis en œuvre pour respecter les mesures de prévention. Cependant, jusqu’à ce jour, ce que nous déplorons amèrement est que nous n'avons reçu aucun don de la part de nos autorités pour nous aider à prévenir la maladie. Nous nous sentons beaucoup marginalisés dans cette situation de crise sanitaire… », a-t-il précisé. Du côté des femmes, leur porte-parole Madame ALLOU BROU, s'est prononcée en ces termes : « Ici à N’dolikro, les femmes sont organisées en association. Nous tenons régulièrement des rencontres. Nous avons besoin d'être soutenues pour mener à bien nos activités. Nous avons des projets tels que la transformation du manioc et le renforcement de nos cultures agricoles. Mais, par faute de soutien, ils sont difficiles à être réalisés… ». Monsieur ALLOU TANO, Président des jeunes a saisi l'occasion pour présenter la triste situation que vit la jeunesse de N’dolikro : « Les jeunes de N’dolikro sont désœuvrés à présent. Chacun gagne sa vie selon ses efforts personnels. Nous souhaitons que nos cadres surtout nous soutiennent. Car, c'est nous qui serons appelés à assurer la relève de demain. Nous avons  véritablement besoin de leurs soutiens… ». Soulignons que N’dolikro est situé dans la Sous-préfecture de N'guessankro et dans le département de Bongouanou.